Les Dessous par Incognito

Cuba en 7 jours : the good, the bad and the ugly

26 février 2015

Gabi
Gabi on fire
article-img

Mon remède pour nos hivers québécois? Une semaine dans le Sud avec mes chums de filles. Woohoo! On a surnommé cette semaine-là, la semaine (A-BB) Alcool-Bouffe-Bikini. Cette année, on est allées à Cuba tout de suite après les vacances des Fêtes. Mais la semaine que j’ai passée était vraiment loin de ce que j’avais en tête! Voici ce qui s’est passé.

Jour 1

Holà Cuba! Trop cool on est enfin au chaud à boire des cocktails au bord de la mer!! Je sens que ça va être une belle semaine!

Jour 2

Ma meilleure amie – en mode « chasseresse » depuis son arrivée hier – va parler au gars qu’elle avait spotté. Pis les deux, ça clique vraiment! En plus, le gars vient de Québec comme elle. Bref, je sens que je ne vais pas trop la voir du reste de la semaine. :S

Jour 3

Tranquille sur mon transat, je m’autorise une petite sieste au soleil pendant que mes amies vont se faire un tournoi de volleyball. Demandez-moi pas pourquoi, je rêve d’être en camping, à côté d’un feu de camp. Le feu me chauffe le visage, je suis bien. Rectification, le feu me tient vraiment trop chaud, vraiment, ça me brûle. Tout à coup je me réveille en sursaut. J’ai passé tout droit et j’ai dormi 2 heures. En plein soleil. Entre midi et 14 heures. J’ai beau avoir une peau de métisse et être habituée au soleil, je sens que mon visage irradie. À leur retour, mes amies me confirme effectivement que « ma face de homard matche bien mon bikini rouge ». Je les déteste. Couchée à 9h avec un gros frisson, on repassera pour le party!

Jour 4

Je décide de ne pas me laisser abattre et je m’inscris – moi et ma face tartinée de crème après-soleil combiné à ma crème SPF50  - à un cours de salsa. Wow, bon choix visiblement : le G.O. était suuuuuuuper hot - bronzé, yeux verts et 6 packs de fou – ka ching! Après quelques regards en ma direction – je pense que ma face lui faisait un peu pitié - j’en ai profité pour jouer la carte : « Peux-tu me montrer de plus près les pas de danse s’il te plaît? »!

Jour 5

Bon, ça faisait plus de 24 heures que je faisais ma fille difficile avec le G.O. Il était un vrai gentleman et me séduisait avec ses belles paroles genre : « Je ne croyais pas au coup de foudre avant de t’avoir rencontré! » avec son accent espagnol super sexy…  j’ai succombé! Exactement comme quand on est au régime pis qu’on se prive trop longtemps de sucre et qu’on finit par manger un pot de pâte à biscuits… au complet. Ben j’avais l’air de ça, mais remplacez la pâte à biscuit par la face du G.O.!

Jour 6

C’est la journée qu’un super gros bus de touristes est arrivé. Il y a beaucoup de monde sur la plage. Avec les filles, on passe la journée à potiner sur les histoires de la veille, surtout sur mon beau G.O. J’avais bien hâte de le revoir au club après le show du soir... Mais BOUM! Ça l’air que mon G.O. des deux derniers jours ne me reconnaissait plus! La blondasse, au bikini BEAUCOUP trop petit by the way, était plus intéressante que moi ça d’l’air! SALOPARD! J’ai noyé mon nouveau célibat dans quelques mojitos et un peu trop de guacamole.

Jour 7

Ma chum que je n’ai pas vu de la semaine - tsé, celle qui s’est « mise en couple » le deuxième jour - vient d’apprendre que son cher petit chéri n’a pas de cell, qu’il vit encore chez ses parents et qu’il est encore au CÉGEP. Le hic? Il a 28 ans… TURN OFF! Faque je passe ma dernière journée à l’entendre râler en faisant nos valises.

Constat de la semaine : ce n’est pas franchement ce que j’avais en tête en venant à Cuba. Au final, je n’ai quasiment pas vu ma meilleure amie, pas du tout profité du pays et mon derme facial s’effrite frénétiquement depuis 3 jours. Ceci dit, j’ai vraiment bien déconnecté du stress post fêtes de fin d’année et c’est quand même l’essentiel! :D

Et vous, quels sont vos meilleurs (ou pires) souvenirs de vacances?

Exprime-toi !


À propos de l'auteur

Gabi, c’est la fille qui ne passe jamais inaperçu. Son charisme et – il faut le dire – sa grande gueule en intimident plus d’un, elle n’a d’ailleurs...